Les Miroirs de Frédéric Mitterrand.

Publié le par showshoes

Frédéric Mitterrand a dû mal avec son image. Ardent Pourfendeur des anti Hadopi, Ardent Défenseur de Polanski, Ardent communicant sur sa nomination au poste de ministre de la culture (souvenons-nous, il avait grillé Sarkozy sur ce coup)...Frédéric Mitterrand est on l'a compris, ARDENT. C'est sa force, sa faiblesse. Car l'image que son "ardeur" renvoie reste floue.




Jeudi soir, au journal de 20h de TF1, Frédéric Mitterrand nous a fait la leçon. Enfin, il s'est expliqué sur sa douleur d'homosexuel qu'il a mise en scène. Car, oui, pour avoir des relations sexuelle, il a dû payer... Il a dû aller jusqu'en Thaïlande pour y choisir des boxeurs de 40 ans. Quel drame ou quel culot ?!

Ainsi pour vivre son homosexualité est-on obligé de s'offrir des voyages en Thaïlande ! Ce n'est pas donné à tout le monde. D'autres auraient préféré le Maroc ou les pays magrébins. C'est moins loin mais beaucoup plus risqué. La Thaïlande est beaucoup plus permissive sur ce point. Sauf que la Thaïlande tente depuis plusieurs années de se dresser contre ce genre de cliché. La ThaïIande veut se racheter une virginité et essaie tant bien que mal d'effacer des mémoires son laxisme. Le bodrel thaïlandais ne doit plus être une référence. En effet quelle image pour la Thaïlande ? Et aujourd'hui, nous peuple français nous devrions nous poser la question, quelle image pour la Culture Française à l'étranger ?
Quand il a écrit son livre, Frédéric Mitterrand n'était qu'écrivain. Il aurait dû le rester. Aujourd'hui il est ministre de la Culture Française. Quelle image donne-t-il de la France ?


Quelle image les confessions audiovisuelles de Frédéric Mitterrand donnent-elles des homosexuels ?
 DIDIER LESTRADE, FONDATEUR D'ACT UP  y répond.

Publié dans Politique

Commenter cet article

sixtine 18/10/2009 18:57


Certes, mais la Thaïlande est particulièrement mal placée pour s'indigner, me semble-t-il... !
Elle n'a jamais fait la fine bouche à ce sujet, bien au contraire...
Les Droits de l'Enfant, là-bas, sont pure utopie.
Pauvre peuple !